Répandez l'amour du partage
Lauren Bastide Mari
Lauren Bastide Mari

Lauren Bastide Mari – Un journaliste offensé par l’invisibilité sociale des femmes signe un manifeste avec les mots « Preses » ; elle est l’auteur d’un podcast féministe populaire. Match à Paris. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’étude du genre et à créer le podcast féministe “La Poudre” en 2016, un an avant #MeToo et trois ans avant l’affaire Haenel ? La colère monte-t-elle en vous ?
Bastide Lauren.

Au départ, c’était une stratégie vraiment innocente. J’ai commencé avec une statistique : les femmes ne reçoivent que 24 % de toutes les allocutions dans les médias ! Pour compenser, j’ai eu cette grande idée d’un podcast où les voix des femmes seraient entendues pendant des heures.

Quelqu’un m’a demandé à l’époque : “Pourquoi ne démarrez-vous pas simplement une chaîne YouTube ?” “Oh non, attention ! Le féminisme a une façon d’effrayer les gens !” Mais je n’allais pas me jeter dans le vide ; J’avais 35 ans, un peu célèbre, j’avais quitté “Elle” en bons termes, et je travaillais pour le “Grand journal” bien payé. Un sens du devoir m’envahit. “Qui d’autre serait-ce si ce n’était moi ?” Je me demandais.

Quitter le domaine apparemment dénué de sens de la mode pour devenir activiste semblait une incongruité, n’est-ce pas ? Racontez-moi comment le féminisme a pris racine dans votre vie.
Les alertes des lecteurs sur la grossephobie dans les articles « Elle » m’ont aidé à voir où j’étais aveugle. Grâce à ces femmes, j’ai réalisé que je manquais de connaissances infusées et que non, je ne comprenais pas faire une taille 56 ou subir des préjugés.

Pour cela, je suis éternellement reconnaissant. Pour une raison quelconque, je pensais que mon travail chez « Elle » était un acte féministe. Mais alors que nous commençons à avoir un peu de démangeaisons, nous remarquons que nous ne touchons pas toutes les dames, donc visiblement quelque chose ne va pas.

Il y a une forte atmosphère patriarcale dans la presse. Les femmes n’occupent que 10 % des postes dans les médias français. “C’est ce milieu majoritairement masculin où règnent le sexisme et les violeurs qui est chargé d’étouffer ce discours sur les violences sexistes et sexuelles dans la société”, écrivez-vous, faisant référence à l’échec du mouvement #MeToo en France. Un serpent se ronge-t-il la queue ?Oui.

D’autant plus que les femmes n’occupent des postes de direction que dans 10 % des médias français et que la presse est un secteur majoritairement patriarcal et dominé par les hommes. Artistes de couverture de magazine pour “C’est dur d’être un homme en 2020” – j’espère vraiment qu’ils ont de bonnes intentions. Cependant, cela a été détourné.

Peut-être que les choses auraient été traitées un peu plus équitablement si les conférences de rédaction avaient inclus davantage de femmes qui auraient pu dire : « En fait, les gars, nous avons un vrai problème de harcèlement sexuel, il faut en parler. »

La possibilité de constituer une armée de femmes constitue-t-elle une menace pour une révolution, comme le suggère Laurent Sciamma dans son émission, quelque chose qui vous séduit ?
Oui. Chaque jour, je reçois des messages de femmes volontaires qui refusent de rester les bras croisés et d’attendre que l’Académie française ou les médias répondent à leurs inquiétudes.

Les femmes ont récemment accepté le fait qu’elles sont confrontées à une oppression systémique. Ils ont pu se dire : « Ce n’est pas moi le problème ». De même, je suis certain que l’émergence mondiale de lieux d’expression en 2015 et 2016 est à l’origine du mouvement #MeToo.

Sentez-vous que les féministes sont obligées de créer leurs propres plateformes d’expression alternatives en raison de l’annulation de votre émission “Les savantes” sur France Inter en 2019 ?
En effet, je pense que France Inter n’était pas contente du cyber-harcèlement qui a suivi mon émission avec Hanane Karimi par-dessus le voile.

Elle ne rajeunissait pas de jour en jour. On peut donc en déduire que France Inter est d’accord lorsque le Printemps républicain et ses alliés s’en prennent à Twitter pour m’accuser d’être impliqué dans une certaine idéologie en invitant Hanane Karimi.

Il y a du sexisme tout le temps et partout !

Vous pensiez dans cette discussion qu’une femme qui choisit de couvrir ses cheveux est tout aussi patriarcale qu’une femme qui choisit de se faire rehausser la poitrine… Il est horrible de constater qu’une rhétorique raciste et islamophobe est avancée en citant le féminisme.

Je ne peux pas le supporter. Cela est particulièrement vrai compte tenu de la tendance française à cibler des groupes spécifiques pour les accuser de sexisme. À titre d’exemple, quand on parle de harcèlement en public, on n’en parle jamais à l’Assemblée nationale ! Même si le sexisme et le patriarcat sont des constantes dans la société.

Ainsi, si ces individus sont véritablement féministes, ils combattent le sexisme sous toutes ses formes. Je trouve choquant que ces débats se déroulent hors écran, sans les véritables participants. Pourquoi ne leur donnons-nous pas le micro ? Écoutez ce qu’ils ont à dire !

Cette exclusion des femmes de la vie publique a atteint son apogée lors du premier emprisonnement, n’est-ce pas ? Un spectacle frappant auquel nous avons été témoins était un groupe d’hommes blancs discutant du féminisme à la télévision.

Lauren Bastide Mari

Chose sûre! D’une manière ou d’une autre, ça a fonctionné ! Les disparités se sont aggravées pendant cette période. Fidèles à leur habitude, les droits des femmes régressent dès les premiers signes de difficultés, comme le disent depuis longtemps les féministes.

Les publications scientifiques ont également chuté pendant le confinement, et le temps de parole des experts dans les médias a diminué. Cela est principalement dû au fait que les épouses des scientifiques devaient rester à la maison et s’occuper de la maison et des enfants pendant que leurs maris partaient travailler en paix.

En particulier, compte tenu du nombre disproportionné d’infirmières, d’éducatrices, d’aides-soignantes à domicile et de résidents des établissements de soins… En conséquence, elles se sont activement engagées en première ligne. Comme les hommes l’ont remarqué et parlé.

Il y a un manque flagrant de pudeur chez les femmes.

Concrètement, la tenue vestimentaire des lycéennes, y compris le voile, devrait être étendue.
Marianne porte une chemise ouverte avec seulement deux boutons et une jupe qui tombe juste en dessous du genou .

Pourquoi ? Car le musée d’Orsay mène une politique stricte à l’égard des visiteurs au décolleté excessivement décolleté. Un restaurateur vous criera dessus si vous essayez d’allaiter en public. Ainsi, cela illustre le péché dans lequel les femmes se retrouvent toujours. Trop caché ou trop exposé.

Vous vous êtes concentré sur les idées et avez offert une voix aux experts en études de genre dans « The Powder », même si vous avez sauté les entretiens personnels. Est-il possible que vous ayez été trop tolérante envers les autres féministes jusqu’à présent Au cours des quatre premières saisons, j’ai essayé d’être un peu discret avec les principes que je défendais.

De toute évidence, mon objectif en utilisant les comptes à la première personne de mes invités était de présenter le système. Cependant, je crois qu’en l’écoutant, nous pouvons le prendre pour une conversation culturelle traditionnelle et ne pas voir le message politique et activiste sous-jacent. Je suis libre de le montrer maintenant.

Après avoir lu les livres, mes auditeurs ont compris le concept. L’histoire, la sociologie et les études du genre ont ainsi émergé. L’une de mes forces en tant que journaliste est ma capacité à rendre des idées complexes accessibles à un large public. Si elles sont correctement mises en pratique, ces idées sont accessibles à tous.

Dans la culture populaire et l’industrie du divertissement, trouvez-vous des partisans ? Quels sont vos artistes préférés ? Je suis grandement inspiré par les réalisatrices. Céline Sciamma, Maïmouna Doucouré, Alice Diop et autres Les auteurs : Alice Zeniter, Fatima Daas, Chloé Delaume, Lola Lafon et autres Quel fantastique revirement littéraire pour aborder les questions féministes.

Et ce n’est pas tout ! Un voyage à l’étranger pour Catel, Pénélope Bagieu et Liv Strömquist… Sans oublier la remarquable exposition Kiki Smith à la Monnaie de Paris, que Camille Morineau coordonne avec l’association Aware pour mettre en valeur les artistes féminines. Je suis rempli d’optimisme par tout cela.

Pour l’avenir, quelles sont vos aspirations ?

Être témoin de femmes fortes occupant des postes d’autorité. Cela peut paraître simpliste, mais je crois sincèrement que le monde se transformera beaucoup plus rapidement lorsque nous aborderons ces questions, c’est-à-dire lorsqu’il y aura une véritable évolution vers la parité entre les sexes ou lorsqu’il y aura davantage de femmes occupant des postes de pouvoir au sein des institutions culturelles, des médias. , et le gouvernement.

“La destruction de la vie, le racisme et le sexisme sont tous produits par le même mouvement”, estime Lauren Bastide. Imaginez un monde où la guérison et non l’exclusion, le soin des vivants et non l’exploitation, et la libération des corps, de l’amour et des modèles familiaux sont les moyens de justice. La planète sera sauvée par l’écoféminisme, comme le prouve la journaliste Lauren Bastide. Le chemin nous est montré dans son nouvel essai intitulé “Futur·es”, qui sera publié le 6 octobre.

Chat : Vous exprimez votre désir d’un monde sans violence dans Futur·es. Assumer la responsabilité de la fureur féministe était un thème de vos écrits précédents, c’est donc une différence par rapport à cela. Comment avez-vous contrôlé votre humeur ?

Bastide, Lauren : J’ai ressenti un sentiment de tranquillité m’envahir en me réveillant un matin. J’ai l’impression d’avoir enfin maîtrisé l’art de l’empathie universelle pour tous. Peut-être avoir quarante ans. Réaliser que nous sommes tous humains et que nous avons vécu des traumatismes et des douleurs.

Mes lectures féministes, qui faisaient office de pansement, y ont également contribué. Les écrits de Sarah Schulman sur la non-violence, Conflict is Not Aggression, et Judith Butler ont tous deux été profondément éclairants d’un point de vue politique et personnel. Il était difficile de distinguer un seul adversaire, me suis-je rendu compte. Le fascisme et l’extrême droite sont les seuls ennemis que je suis prêt à nommer.

Autrement, je ne parviens pas à comprendre comment je pourrais désigner un segment particulier de la société comme étant à l’origine de tous les maux de la société. Étant donné que certains hommes sont confrontés à l’homophobie et au racisme, qu’il y a des hommes qui sont pauvres et qu’ils subissent des systèmes d’oppression similaires à ceux auxquels les femmes sont confrontées, il est vain de créer une catégorie que l’on pourrait appeler « hommes » selon une pensée intersectionnelle.

Je veux être clair sur le fait que ma condamnation de la violence ne repose pas sur le fait que je soutiens la non-violence. Selon les mots de l’éditeur, “Je suis du côté de toutes les Valérie Solanas sur Terre !” Les femelles espiègles prêtes à se battre : envoyez-les dans l’étable ! Cependant, je serai à leurs côtés lorsqu’ils suggèrent le cercle de la restitution et que nous allumions un calumet de la paix.

Comment, selon vous, la libération et le progrès résultent-ils de la résolution de la question du genre ?
LB : Le féminisme est paradoxal dans la mesure où, d’un côté, nous devons dénoncer le silence des femmes et la violence à leur encontre, et de l’autre, nous devons nous réapproprier nos expériences en tant que femmes ; pourtant, nous faisons tout cela dans l’espoir d’atteindre un point où être une femme ou un homme n’est plus pertinent.

Parce qu’il est anormal de juger le destin social d’une personne en fonction de son apparence extérieure, qui inclut des éléments comme sa manière de s’habiller et des traits de personnalité comme la gentillesse.

L’humanité se porterait mieux sans cette structure artificielle. Je peux y arriver. Cet étiquetage de genre sur les documents d’identité néerlandais devient progressivement inutile. Pourquoi? Comprendre l’âge chronologique d’une personne, mais qu’en est-il de son sexe ?

Podcast ‘Femmes d’influence’ extraits d’une entrevue avec Marine Peltier, de la série “Dans l’oreille de Charles”. Être un peu trop proche de Paris pour avoir sa propre empreinte régionale est à la fois un avantage et un inconvénient de ma ville natale d’Orléans, une ville de province près de Paris, où j’ai passé mes années de formation.

C’est dans une école privée que j’ai passé mes années d’école primaire. En particulier, c’était une décision que mes parents ont prise pour que j’étudie l’anglais. Mes parents et moi n’avons pas grandi dans un foyer particulièrement libéral, ni même conservateur ; au lieu de cela, j’ai passé mes années de formation immergé dans un milieu très catholique et conservateur. C’était finalement éclairant, même si je me sentais parfois un peu hors de propos.

Lauren Bastide Mari
Lauren Bastide Mari

Articles Similaires

error: Le contenu est protégé !!