Répandez l'amour du partage
Affaire Sylvain Schrutt
Affaire Sylvain Schrutt

Affaire Sylvain Schrutt – Pourquoi le gendre de Ghislaine Leclerc était-il le principal suspect du scandale familial ?Son assassinat n’a pas été élucidé à ce jour. Cette femme de 57 ans a été retrouvée morte dans sa maison de Saône-et-Loire, le dimanche 29 août 2010.

Quatre blessures par balle sont visibles sur le corps alors qu’il repose dans une mare de sang : deux au cou, une au nombril et une à l’abdomen. Les policiers ont retrouvé plusieurs hommes qui auraient tué la victime âgée d’une cinquantaine d’années.

Ghislaine Leclerc a été divorcée à trois reprises et vit désormais seule. Sa vie de femme célibataire a été rythmée par quelques rencontres passionnantes avec d’autres célibataires rencontrés grâce aux services de rencontres en ligne.

L’enquête révèle cependant que le tueur est un client fréquent de l’établissement. Rien n’a été emporté, pas même ses papiers d’identité, lorsqu’il est entré par une fenêtre située sous le patio. Les flics sont extrêmement curieux des hommes qui font partie de la vie de Ghislaine. L’un d’eux intrigue, il s’agit de Sylvain Schrutt, le compagnon de sa fille aînée Estelle.

Même si le gendre de Ghislaine a trouvé une place confortable au sein de la cellule familiale, il reste bien à lui seul. Les détectives vont dénicher un homme qui brouille ses propos, propose des récits contradictoires et dissimule des informations choquantes.

Il y avait de la logique dans sa décision d’entamer une liaison extraconjugale avec sa belle-sœur Emeline. Cette dernière, alors mineure, s’installe avec le couple pour pouvoir fréquenter l’école en Alsace.

Le gendre de Ghislaine affirme qu’il n’a rien à voir avec le meurtre, mais il a été le premier arrivé sur les lieux. Le soir du meurtre, il aurait rendu visite à sa belle-mère. Le but était de surprendre les deux filles de Ghislaine. Sa défense étant insuffisante, il restera en prison et sera jugé devant la cour d’assises.

Dans une interview pour L’Heure du crime, l’avocat et auteur Randall Schwerdorffer décrit son client unique dans son livre Procès d’Assises.Son comportement est vraiment libre. une conduite inappropriée même s’il ne le voit pas lui-même de cet œil. Il a commencé à sortir avec sa belle-sœur mineure Emeline à cette époque. Interrogé sur sa relation avec la jeune femme, qui est sa belle-sœur, il ne semble pas trop enthousiaste.

Libéré mais toujours soupçonné

Après avoir été surpris par son comportement décousu, les détectives lui ont présenté les preuves contre lui. Il faudra attendre 18 mois après le début de l’enquête avant qu’il n’avoue avoir été sur les lieux du meurtre. Il dérange les autorités avec ses secrets qu’il tente en vain de cacher.

Pour poursuivre, Randall Schwerdorffer de RTL déclare : “Il est très singulier dans son comportement, ses attitudes et ses relations avec les autres. Les gens normaux et les détectives du pub trouveraient ses actions impossibles à déchiffrer.

Nous veillerons à demander à Estelle, son ex-femme et compagne de longue date, si elle a été interloquée par les agissements de Sylvain Schrutt, elle nous regardera et dira : « Connaissant Sylvain, voilà ce qu’il a fait ; ça ne me surprend pas. » Comme c’est unique en son genre et qu’il me rappelle lui, il me faut l’avoir.

Sylvain Schrutt ne peut éviter son prochain procès en cour d’assises tant qu’il reste en prison. Après avoir passé un an derrière les barreaux, il a été disculpé en 2015. Douze ans après le meurtre de Ghislaine Leclerc en 2010, l’enquête n’a permis d’identifier aucun suspect. Ce drame tragique se poursuit alors que la famille se retrouve avec des questions et du chagrin.

Notre invité criminel dans “L’Heure du Crime”

Sekoya éditions est fière de vous présenter le Procès d’Assises, un avocat à la barre des témoins, par Maître Randall Schwerdorffer.Quatre balles ont pénétré au domicile de Ghislaine Leclerc, une femme de 57 ans originaire de Volesvres, en Saône-et-Loire, dans la nuit du 26 au 27 août 2010. Son assassinat est depuis resté impuni.

La mort de Ghislaine Leclerc est entourée de mystère depuis 13 ans. Cette mère de trois filles de 57 ans, à Volesvres (Saône-et-Loire), a été retrouvée morte dans sa maison. Quatre balles ont transpercé son corps dans la nuit du 26 au 27 août 2010.

C’est Emeline, la plus jeune des enfants, qui a découvert le lendemain matin la mort de sa mère sur le sol de la chambre. Elle y était allée car elle craignait que quelque chose ne se passe mal si elle ne voyait pas arriver les invités du déjeuner de son père. Là, en chemise de nuit, elle a été découverte dans une mare de sang.

Le meurtrier avait déjà eu des contacts avec la victime.

Dès que les soupçons ont été soulevés, une enquête a été ouverte et il est immédiatement apparu qu’il ne s’agissait pas d’un cambriolage bâclé. Pour eux, il est clair que la victime connaissait le tueur. Il y avait peu de signes de précipitation sur les lieux du crime, ce qui suggère que les événements avaient été soigneusement planifiés.

Affaire Sylvain Schrutt

Puisque l’agresseur visait spécifiquement Ghislaine Leclerc, ils considèrent que cela un assassinat. Après cela, les autorités ont commencé à poser des questions sur la dernière personne qui l’avait vu vivant.

Céline, la fille aînée de la victime, est vue ici avec son petit ami, Sylvain Schrutt. Il vivait sa relation difficile avec sa sœur cadette Estelle juste avant la catastrophe. Emeline et son beau-frère ont eu un désaccord ce jour-là, et il a fini par rentrer chez lui.

Sylvain Schrutt a eu un accident et a perdu sa voiture en conduisant ; il demande à sa belle-mère une voiture de prêt. C’est la dernière fois qu’on verra Ghislaine Leclerc vivante, alors qu’elle passe la soirée avec son gendre.

Comportement étrange

Après avoir abouti à une impasse dans son enquête, le juge en charge a décidé de faire appel à quelques faveurs des parties civiles. Il demande si Céline, Estelle et Emeline ne soupçonnent pas l’éventuel agresseur de leur mère. Estelle a eu un moment de clarté après avoir entendu la demande du juge et a envisagé la possibilité que son beau-frère soit responsable.

Le jour du décès de sa mère, toute la famille s’est réunie chez la victime et elle se souvient de ce qu’elle a ressenti. L’individu a déclaré qu’il n’avait pas pu se présenter à l’audience en raison de graves douleurs à l’estomac. Des questions ont également été soulevées par son comportement lors des funérailles, lorsqu’il aurait déclaré à ses frères et sœurs : “Enfin, nous sommes ensemble, comme une famille”.

Sylvain Schrutt est ainsi devenu la cible privilégiée des détectives qui ont constaté que, malgré ses affirmations selon lesquelles il était rentré à son domicile en Alsace le soir du meurtre, son téléphone était bloqué non loin du domicile de la victime.

Face aux probabilités, il avoue finalement qu’il a rendu visite à sa belle-famille la veille de leur meurtre. Il dit qu’il est allé chez elle et a vu la porte d’entrée ouverte, alors il est entré et a découvert son corps. Il affirme qu’à ce moment-là, il a senti la présence du meurtrier, qu’il a été terrifié et qu’il a fui les lieux.

Le juge d’instruction lui demande cependant des explications sur les raisons pour lesquelles il n’a pas contacté les forces de l’ordre. Pourquoi n’a-t-il pas essayé de la réanimer lui-même ou au moins d’appeler à l’aide ? Pourquoi a-t-il dit à sa femme effrayée que sa mère viendrait déjeuner le lendemain ? Et surtout, pourquoi êtes-vous resté silencieux pendant un an et demi ?

Un lien avec son jeune beau-frère

Même si Sylvain Schrutt possède toutes les informations sur le tueur, les détectives ont peut-être découvert quelque chose de nouveau. Ils ont découvert de nombreuses conversations avec sa belle-sœur Emeline, 16 ans, sur son téléphone. La sœur s’est chargée de la jeune fille pour qu’elle se rapproche de son lycée, même si elles partagent toutes les deux un foyer.

Emeline répond aux questions à ce sujet en affirmant qu’ils se sont livrés à une activité sexuelle à la demande de son beau-frère. Pendant longtemps, il l’a comblée de cadeaux et de messages d’amour, révélant son béguin éternel pour elle depuis qu’elle était petite et lui promettant qu’il aurait des “formes féminines” s’il couchait avec elle.

Quand Emeline a finalement cédé et a permis que quelque chose se produise, ce fut un choc. Lorsque la jeune fille a confronté Sylvain Schrutt avec ses accusations, celui-ci n’a pas cherché à lescontredire et lui a même dit qu’il l’aimait.

Il ne voit aucun problème à adorer sa belle-sœur de 16 ans.

Les enquêteurs croient que cette relation pourrait avoir été à l’origine du meurtre de Ghislaine Leclerc. Ils avaient prévu d’en discuter la veille avec sa fille Emeline.

Acquitté

Sylvain Schrutt a donc été mis en examen et est détenu en détention provisoire. Son procès s’est ouvert aux assises de Saône-et-Loire en octobre 2014.Il décide de faire appel et continue de clamer son innocence. Son équipe juridique souligne qu’il a agi de manière suspecte, mais qu’il n’existe aucune preuve concrète contre lui. Sylvain Schrutt a bénéficié du bénéfice du doute acquitté à l’issue de ce procès.

C’est une grande surprise pour les filles de Ghislaine Leclerc. Ceux qui estimaient avoir honoré leur mère comme il se doit sont interloqués. Ce qui les choque encore plus, c’est la nouvelle selon laquelle l’enquête est terminée. Après 13 ans, personne n’a encore résolu l’énigme.

Affaire Sylvain Schrutt
Affaire Sylvain Schrutt

Articles Similaires

error: Le contenu est protégé !!